Histoire

L’histoire du volleyball inclusif LGBTQ+ dans la Région de la capitale nationale

 


Les membres de la communauté LGBTQ+ dans la région d’Ottawa-Gatineau organisent des joutes de volley et d’autres sports depuis les années 1980. Il s’agit d’une des principales façons de créer des amitiés, de demeurer actif et de bâtir une communauté. La première organisation formelle est née d’une conversation qui s’est déroulée lors d’un party ayant lieu dans une résidence privée lorsqu’une discussion à propos de la création d’une ligue de volleyball masculine gaie a mené à la création du Club Moustache, en 1986.
Le groupe en est venu à organiser des activités telles que du bowling, de la danse carrée, de la danse en ligne, de la natation, du curling, de la randonnée, des cours d’auto-défense, des soirées cinéma, « Stitch & bitch » (qu’on peut littéralement traduire par couture et potins), du badminton et du tennis. Ils ont choisi le nom du club puisque presque tous les membres originaux du club avaient une moustache. Le club opérait avec la devise « L’amitié grâce au sport et au loisir » (traduction libre).

Le comité exécutif du Club Moustache (1987)
Crédit photo: Paul Sereda

À son apogée, le Club Moustache comptait plus de 300 membres et jouait au volleyball intérieur à Hull, à Vanier, dans la Basse-ville et dans le Village Wellington. Le volleyball extérieur avait lieu à l’arrière du Centre récréatif Plant, à la vieille Ottawa Technical School située au Centre-ville, et lors de jamborees estivales. Le Club Moustache a également sponsorisé des équipes afin qu’elles puissent s’entraîner et compétitionner dans la ligue de volleyball compétitive de la Ville, ce qui a mené à la victoire d’équipes lors du Championnat de la Division C en 1988 et du Championnat de la Division D en 1991.

En 1988, le Club a organisé ses premiers tournois de volleyball : un tournoi compétitif en avril au Collège Algonquin, et un tournoi récréatif en septembre au CÉGEP de l’Outaouais. Des équipes de Toronto, d’Ottawa, de Montréal, de Syracuse, de New York et de Buffalo étaient présentes. En 1990, le Club Moustache a envoyé une équipe qui s’est jointe à la délégation d’Équipe Ottawa et qui a compétitionné aux Gay Games de Vancouver, où elle a remporté la médaille de bronze dans la Division C.

L’équipe Powerline d’Ottawa aux Gay Games de Vancouver (1990)
Crédit Photo: Paul Sereda

En 1994, le Club Moustache est officiellement devenu le Club Time Out / Temps libres Sports & Recreation, afin d’avoir un nom qui était plus inclusif et plus représentatif de tous ses participants, « où gais, lesbiennes, et bisexuels peuvent participer à des activités sportives et récréatives qui encouragent le développement d’amitiés, qui font la promotion de la croissance personnelle et qui contribuent au développement d’un sens de la communauté ».

Durant l’ère « Time Out », il y a eu du volleyball sur gazon au Parc Strathcona, et le volleyball récréatif s’est poursuivi les lundis soirs, alors que plus de 50 personnes étaient présentes chaque semaine.

L’offre de volleyball s’est aussi agrandie durant cette période, alors que Time Out a obtenu plus de gymnases pour être ainsi en mesure de gérer sa propre ligue, les mercredis soirs, pour les joueurs de niveau intermédiaire et avancé. La Ligue du mercredi a tenu des séances de sélection dirigées par des coordonnateurs et des entraîneurs, qui ont également commencé à offrir des ateliers de développement des habiletés les lundis et mercredis soirs.

 

Safe Sets à Les Panthères Roses
Crédit photo : Marshall Rowat

Le circuit des tournois locaux a également pris son rythme au cours des années 1990. Les tournois annuels récréatif et compétitif qui ont débuté en 1988 ont respectivement pris les noms de « Capital Network » (organisé par le Club Moustache, et ensuite par Time Out) et Les Panthères Roses (organisé par l’équipe portant le même nom). Ils avaient tous les deux lieu au CÉGEP de l’Outaouais à Hull, et attiraient plus de 20 équipes provenant d’Ottawa, de Toronto, de Montréal ainsi que de plusieurs autres endroits en raison de leur popularité. Ces deux tournois ont éventuellement fusionné, créant ainsi le Tournoi et Gala Annuel de Gay Ottawa Volleyball, qui continue à ce jour, mais en un lieu différent depuis 2005 : le gym Montpetit de l’Université d’Ottawa.

C’est en 2000 que le nom de Gay Ottawa Volleyball est apparu, nom sous lequel l’organisation continue d’organiser et livrer les programmes hebdomadaires ainsi que le tournoi qui ont été imaginés par tous ceux et celles qui ont fait partie de l’organisation dans le passé. GOV a beaucoup grandi au cours des 20 saisons suivantes. Certaines années, il y avait entre 50 et 70 participants réguliers à la soirée récréative du lundi soir. Avec le temps, la Ligue du mercredi est passée d’une douzaine d’équipes à plus de deux douzaines.

Logo from 2000

Logo from 2005

En 2019, GOV est devenu un organisme à but non lucratif. Nous avons également organisé notre plus gros tournoi à ce jour (nous avons accueilli un nombre record de 45 équipes), nous avons organisé une Ligue du mercredi soir à 34 équipes (également un record pour nous), et le programme des Séances libres du lundi soir a doublé en capacité, puisque nous avons 4 terrains de volley depuis la saison 2019-2020. En 2021, nous avons lancé notre première Ligue de beach volley 4 contre 4, en plus d’organiser notre quatrième tournoi annuel de beach volley.

Alors que le volleyball LGBTQ+ dans la Région de la capitale nationale continue de croître, nous avons un profond sentiment de fierté et de reconnaissance envers le dévouement et l’enthousiasme des bénévoles et des joueurs depuis les tous débuts de la Ligue, qui a débuté lors de ce fameux party il y a de cela plusieurs années. Nous sommes hyper excités de voir ce que le futur nous réserve, alors que nous travaillons encore et toujours afin de faire grandir la communauté du volleyball inclusif.

Équipe Juicy Fruits au Tournoi GOV annuel  (2016)
Crédit photo : Emily MacDuff 

 

Équipe Balls Deep au Tournoi GOV annuel (2016)
Crédit photo : Emily MacDuff